Tchèque (CS)

Language family: SLAVE

Alphabet: LATIN

tchèque

La langue tchèque fait partie des langues slaves occidentales avec le polonais, le serbe et le slovaque. Elle a notamment des liens très étroits et des aspects en commun avec ce dernier.

Le tchèque est parlé par la majorité des habitants de la République tchèque (10 millions) et, au total, par environ 12 millions de personnes dans le monde en Slovaquie, Croatie, Autriche, Pologne et Allemagne.

Il utilise un alphabet latin modifié pour mieux correspondre aux phonèmes spécifiques tchèques.

De toutes les langues slaves, le tchèque est considéré comme la plus difficile à apprendre : sa complexité vient d’une morphologie étendue et d’un ordre syntaxique libre que favorisent 7 cas de déclinaison : nominatif, génitif, datif, accusatif, vocatif, locatif et instrumental, qui expriment les relations de nombre et de cas au moyen de désinences.

L’article n’existe pas en tchèque. Pour pallier ce manque, les noms sont déclinés en fonction du cas, du nombre et du genre. C’est leur combinaison qui attribue à chaque mot son rôle logique au sein de la phrase. Les substantifs distinguent trois genres, le masculin, le féminin et le neutre, et deux nombres, le singulier et le pluriel.

Le tchèque utilise les cas pour indiquer la catégorie logique de la phrase, ce qui offre une assez bonne latitude de construction syntaxique, tout en s’appuyant sur la base du modèle sujet-verbe-objet.

Les adjectifs tchèques s’accordent en genre et en nombre au nom qu’ils modifient, voire selon le cas. En règle générale, ils ont tendance à précéder le substantif qu’ils modifient, mais il n’est pas rare de les trouver après le substantif.

Les pronoms personnels présentent une déclinaison à part, qui leur est spécifique.

Le pronom sujet du nominatif n’est pas nécessaire dans la mesure où il est sous-entendu par le verbe, même s’il peut être utilisé pour mettre la phrase en relief. La deuxième personne du singulier est étroitement liée aux relations familières. Dans toutes les situations formelles, on utilise la deuxième personne du pluriel, en d’autres termes, le vouvoiement.

Dans les autres cas, chaque pronom a au minimum deux formes, l’une pour une utilisation isolée, et l’autre généralement utilisée avec les prépositions qui déterminent le cas.

Il n’y a que trois temps : le présent, le passé et le futur.

Du point de vue lexical, les ressemblances avec le slovaque sont nombreuses, et les principales différences relèvent de l’orthographe et de la prononciation. Du point de vue grammatical, en revanche, la grammaire du slovaque est plus simple dans la mesure où sa tradition littéraire est plus jeune.

Tchèque (CS) ultima modifica: 2016-09-30T08:00:56+00:00 da interlanguage.it